Fermeture exceptionnelle du 6 au 15 mars inclus

Mariages, naissances, baptèmes, communions, examens, anniversaires, fêtes locales...

 

< Retour

L’élaboration d’un Single Malt

Eau + orge

Etape 1

Trempage + maltage

Aire de maltage

Orge maltée

+ tourbe

Etape 2

Séchage

Kiln (four)

 

+ eau chaude

Etape 3

Brassage

Cuve de brassage

→  Moût (wort)

+ levure

Etape 4

fermentation

Washbacks (cuve de fermentation

→ Bière (8°)

 

Etape 5

1ère distillation

Pot stills (alambics)

→ Low wines (20°)

   

2nde distillation

 

→ New Make Spirit (67°)

 

Etape 6

Maturation

Futs de chêne

 

Les six grandes familles d’arômes

- Les arômes maltés peuvent être considérés comme des arômes primaires du whisky de malt. Ils proviennent de l’orge maltée utilisée pour élaborer le whisky.

- Les arômes tourbés proviennent de la tourbe utilisée parfois pour sécher l’orge maltée. Très abondante en Ecosse, elle fut longtemps le combustible traditionnel des premiers distillateurs utilisée pour sécher le malt et chauffer les alambics, en particulier dans les régions peu boisées comme les îles et les côtes de la façade atlantique.

- Les arômes parfumés, évoquant les fleurs et les fruits frais, sont issus principalement des phases de fermentation et de distillation. Cette famille d’arômes caractérise notamment les malts du Speyside. Délicats et volatils, ils donnent au malt finesse et élégance.

- Les arômes fruités concentrés et intenses se développent au cours du vieillissement, et proviennent essentiellement de l’interaction entre le whisky, l’air et le bois des fûts de chêne. Les fûts ayant contenu du Xérès, assemblés à partir de douelles de chêne européen, donnent au whisky de riches arômes sucrés évoquant les fruits cuits ou les fruits secs.

- Les arômes boisés proviennent des composés aromatiques extraits du bois des fûts de chêne utilisés pour le vieillissement du whisky. L’influence directe du bois peut se manifester dans le whisky par des notes huileuses, résineuses ou épicées en fonction de leur intensité.

- Les arômes âcres constituent un défaut patent lorsqu’ils deviennent détectables dans le whisky. Aussi appelés arômes de « queues de distillation », ils apparaissent lors des dernières phases de la seconde distillation, lorsque l’alcool recueilli est riche en impuretés.